Une famille de vigneron au coeur de Colmar

Visuel du domaine tel qu'il était autrefois

1630

Historiquement parlant

Les Jund sont connus pour la célèbre citation de 1630, issue de la chronique de la douane de Colmar : “Au mois de septembre, Martin Jund vigneron, a découvert, dans sa vigne de Wettolsheim, une grappe de raisin qui avait la longueur d’une aune moins un quart. Une partie du raisin était déjà mûre, tandis que l’autre partie était en fleurs.”

L’anecdote vaut évidemment pour la singularité observée. Elle rappelle aussi une notion générale de l’époque médiévale qui perdure à l’époque moderne. Tout autour de la ville, enserrée dans ses remparts, se disposent de manière concentrique, et parfois en amphithéâtre si le relief s’y prête, les champs et les vignes accessibles à pied, le temps d’un aller-retour dans la journée. Les Jund originaires d’Autriche, arrivés en Alsace au début du XVIe siècle, ne dérogent pas à cette règle.

Photographie de Martin Jund

Martin Jund

(1888 - 1973)

Après un quart de siècle passé au Maroc, principalement dans le maraîchage, Martin Jund, le 5e du nom, (1888-1973) et son épouse, née Kopp, reprennent l’exploitation du vignoble familial alsacien en 1948, et rachètent de nombreuses parcelles sur la Hardt de Colmar qu’ils réussissent à grouper en quatre gros lots d’une superficie totale de 7 hectares.

Photographie d'Annie Jund

Annie Jund

(1924 - 2008)

Au décès de Martin Jund en 1973, sa fille Annie Jund, née en 1924, séparée de son époux Jean-Pierre Ducros, né en 1924, reprend le domaine. Chef d’exploitation de 1973 à 1980, elle pérennise le vignoble et opte, en 1970 pour la mise en bouteilles, dans la maison familiale, rue de l’Ange, une des premières à arborer ses beaux colombages, au moment où tombent les crépissages, honteux du particularisme de l’habitat local.

Photographie d'André Ducros et de Myriam Wolfersperger

André & Myriam

Depuis 1980, André Ducros, né en 1956, le fils d’Annie Jund, et son épouse Myriam Wolfersperger, née en 1956, originaire de Michelbach près de Cernay, ont repris l’exploitation. Tous deux, titulaires d’un BTAG obtenu à Rouffach, travaillent actuellement 8 ha, les 7 ha colmariens, auxquels s’ajoutent 1 ha loué à Riquewihr en 2005.

L’exploitation, située en plein cœur de Colmar, où se trouvent la cuverie, le stockage et le caveau de vente, se double d’une activité de chambres à louer, une activité pas si annexe, puisqu’elle représente environ un tiers du revenu, l’activité viticole constituant les deux autres tiers. Les Jund vendent bon an, mal an environ 50 000 bouteilles, le reste partant en vrac.

Photographie de Sébastien

Sébastien

Photographie de Cécile

Cécile

Photographie de Martin

Martin